Venez participer à la mini-intrigue dans le manoir du Seigneur des Balverines. Moins de 150 mots par post pour des rps ultra-rapides !
 

AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 

 Une diplomate pas diplomate

Féminin Race : Draconienne
Pouvoir : Manipulation nocturne
Métier/Activité : Noble
Date de naissance : 03/01/1999
Age : 18
Pays d'origine : Vastaroth

MessageSujet: Une diplomate pas diplomate    05.05.16 1:38


Pourquoi moi ?

feat Anora Vindi-Torin, Rakyn M. Durante

Ils m'en veulent. Beaucoup. Et je ne peux pas vraiment dire que ça me surprend. Je veux dire, j'ai fugué en pleine nuit depuis notre nouvelle ville juste pour aller dans la ville ou je suis née, et tout ce que j'ai fait là-bas c'est boire avec un inconnu. Evidemment, ils se sont aperçus que j'étais partie. Et évidemment, aussi cools soient-ils, ils n'ont pas du tout aimé. Je n'ai ni le droit de leur en vouloir, ni celui de me plaindre, alors j'écoute mon sermon sans broncher. Enfin presque. Est-ce qu'ils viennent de parler de... m'envoyer quelque part ? Tout un tas d'images horribles se succèdent dans ma tête : à Fegria pour m'intégrer à l'armée et m'apprendre la discipline, par exemple. Brr. Non, je refus qu'ils m'envoient quelque part. Je reste ici.

-Je ne veux aller nulle part, déclaré-je fermement.

Ma mère me regarde comme si je venais de dire le truc le plus idiot du monde, et c'est crispant. J'aurais au moins aimé avoir Chika poru me soutenir, mais son professeur particulier le monopolise depuis deux heures pour lui apprendre des mathématiques complexes (un truc inutile, si vous voulez mon avis). M'enfin bref, du coup je suis coincée avec mes parents qui me font la morale et je suis presque sûre d'avoir dit une bêtise.

-Tu n'étais pas du même avis il y a quelques jours.

Aïe. J'aurais vraiment dû me taire. Là ils n'écouteront aucune de mes protestations.

-Ce ne sera pas un long voyage. On te demande juste de prendre un taxi pour Tershul et de monter jusqu'au domaine Durante. Nos relations avec sa famille se sont un peu dégradées depuis la mort de l'ancien comte, par manque de communication, et il est temps de corriger ça.
-Mais pourquoi moi ? Je n'ai absolument pas le profil ! Si vous voulez renouer des relations, c'est plutôt Chika qu'il faut envoyer, ou un de nos diplomates !
-Il est temps que tu apprennes la discipline, Anora. Chika n'est que le deuxième né, ça veut dire que la gestion de notre famille te reviendra s'il nous arrive quelque chose. Et ce n'est pas avec ton attitude actuelle que tu réussiras à la maintenir en état.

Ma mère ne m'a jamais parlé aussi sèchement. Je baisse la tête en serrant les dents pour ne pas m'énerver ou faire quelque chose de stupide. A quoi bon ? Ils ont déjà pris leur décision et ont apparemment décidé de risquer leur précieuse alliance familiale pour m'apprendre à me comporter selon mon rang. Facile à dire : ils ont passé mon enfance à me cacher ce que c'était censé vouloir dire, et maintenant ils veulent faire de moi une parfaite noble. Et diplomate, avec ça. Mais évidemment, je n'ai pas mon mot à dire et je suis forcée de monter sur le dos du Dragon qui doit m'emmener à Tershul. Enfin moi et les deux gardes qui me servent d'escorte. Juste au cas où on tomberait sur une bêbête dans les Plaines Absolues. Franchement, pourquoi on se pose pas directement dans le domaine au lieu de s'embêter à marcher ?

Sortir de Tershul, marcher dans les Plaines. Un de mes gardes est blessé, on s'est fait charger par un krakdent. Rien de grave, on a réussi à le tirer vers nous avant qu'il ne perde un bras, mais il est bien amoché et il aura besoin de soins. je soupire pendant que mon autre garde l'aide à marcher. Voilà ce que ça apporte de m'envoyer en mission diplomatique : des problèmes. Mais c'est sans autre incident que l'on arrive jusqu'aux porte du domaine. Je prends un grande inspiration, lisse ma robe beaucoup trop stricte à mon goût et franchit les palissades pour arriver jusqu'au manoir. Un garde m'annonce. Et je crois que je vais mourir de trouille. je suis censée faire quoi, dire quoi ? Pourquoi moi ?
Il est là. Je fais quoi ? Je me présente ? Oui, commençons par ça.

-Bonjour... monsieur.

Je ne suis pas à l'aise. PAS DU TOUT.

-Je suis Anora Vindi-Torin, ajouté-je en m'inclinant légèrement, mes parents m'envoient en visite diplomatique.

Et je les haïrais pour ça jusqu'à la fin de mes jours.


 
Voir le profil de l'utilisateur
Rakyn M. Durante
Membre Inactif

avatar
Masculin Race : Change-forme (dragon de lumière)
Pouvoir : Illusions musicales
Métier/Activité : Noble et artiste
Date de naissance : 07/03/1980
Age : 37
Pays d'origine : Thanaliel
Ville actuelle : Domaine DUrante
Arme(s) : Épée

MessageSujet: Re: Une diplomate pas diplomate    08.05.16 22:12

Contrairement à ce que se plaisaient à penser beaucoup de gens, y compris dans les rangs de la noblesse elle-même, cette même noblesse ne devait pas son pouvoir seulement à quelque hérédité, à quelque chance due au hasard du tirage au sort, même s'il était vrai que le sang, les ancêtres, devaient également beaucoup à cette réalité. En vérité, la noblesse, au-delà de son héritage, au-delà des domaines qu'elle possédait souvent, certains étant de véritables châteaux, aux vaisseaux qu'elle armait parfois, aux gardes qu'elle entretenait, aux dorures de ses parures pour ses membres les plus vaniteux, au-delà de tout cela, et de tout le reste, devait également sa puissance à autre chose, quelque chose de bien plus prosaïque, de bien plus « banal ». Cette chose, c'était tout simplement le réseau des alliances, des reconnaissances, des dettes mutuellement contractées et des liens établis, souvent depuis de nombreuses générations. C'était la reconnaissance mutuelle de l'appartenance à un même groupe, celui des nobles, qui faisait d'eux une noblesse, tout autant que la reconnaissance de ce statut par les autres gens, et tout cela passait par les liens que les nobles entretenaient entre eux.

Cela, Rakyn l'avait appris de son père, de la façon la plus dure qui soit : en étant projeté dans le jeu des alliances des Durante au moment où celui-ci était durement mis à mal par la fuite de sa sœur devant l'autel. Cela, bien sûr, avait pour longtemps tendu à l'extrême les liens avec la famille qui aurait originellement dû se rapprocher de la leur, et ce n'était que grâce aux efforts de son père, mais aussi de l'actuel Comte lui-même, durement mis à contribution dès le début de son apprentissage, et encore longtemps par la suite, car ces efforts avaient dû certes être vifs mais surtout étalés dans la durée, que ces liens ne s'étaient pas inéluctablement rompus. Aujourd'hui, les choses allaient mieux, certes, une certaine cordialité avait pu être restaurée entre les deux lignées, mais quel travail pour en arriver là ! Si Rakyn avait pu malgré tout en tirer un certain bénéfice, c'était de voir durement illustré et encré la leçon de son père sur la valeur des liens entre les différentes familles et clans nobles, et sur l'importance de ceux-ci dans la réalité de leur propre noblesse.

Néanmoins, la famille alors outragée n'était pas – bien heureusement pour Rakyn ! – la seule famille noble avec laquelle les Durante entretenaient des liens d'amitié et de reconnaissance. Il y en avait d'autres, disséminés dans l'ensemble du monde connu, avec qui la famille avait des liens plus ou moins forts, plus ou moins anciens, plus ou moins cordiaux, et de mille et une autre nuance. Parmi toutes ces familles, il y avait celle des Vindi-Torin, si l'on pouvait dire, si l'on tenait compte de la mode des gens de Vastaroth à associer les composantes de leur nom à chaque génération. Fait qui n'empêchait pas les Durante d'avoir des relations avec les deux lignées de petite noblesse qui avaient fusionnées pour produire ce nom, en dépit du fait que, vraisemblablement, celui-ci se recomposerait dès la génération suivante. Nom composé ou non, cela n'avait pas empêché Itoshi Mando-Torin et Maria Vindi-Kavold d'entretenir de très bonnes relations avec le père de Rakyn, relation que celui-ci avait été ravis de pouvoir réactiver et restaurer.

Il était toujours important de prêter de l'attention à ce genre de choses, car s'étaient des liens comme ceux-là qui faisaient véritablement la différence entre une lignée noble et une quelconque engeance simplement bourgeoise, et le Domaine Durante avait donc été paré de guirlandes de fleurs sur le chemin entre le mur d'enceinte extérieure et le Manoir proprement dit, cependant qu'une belle suite avait été préparée pour la fille des deux nobles, Anora Vindi-Torin, qu'ils avaient choisi d'envoyer pour les représenter. Une mission pour la formée à ses devoirs, sans doute, mais qu'importait, c'était une marque de confiance aux yeux de Rakyn. Il avait fait guetter sa venue, et descendit l'accueillir dès qu'on lui avait dit qu'elle était aux portes extérieures. Comme on lui avait rapporté qu'un de ses deux gardes était blessé, il demanda à ce qu'il soit rapidement pris en charge et, alors qu'on annonçait Anora, on vint prendre le garde en charge, l'emmenant un peu plus loin pour le faire soigner par le médecin du domaine.

Rakyn était vêtu avec soin ce jour-là, avec une tenue blanche parcourue de léger fils d'or, surmonté d'une veste noire avec quelques touches d'argent. Cela semblait pauvre comparé à la mise de bien des Comtes, ou même des Barons ou des petits nobles, mais c'était déjà un grand effort pour Rakyn. Comme toujours, la coupe était impeccable, ce qui était le détail auquel il tenait le plus, et renvoyait globalement une image de sobre noblesse. Il découvrit face à lui une jeune femme très belle – elle n'aurait aucun mal à se trouver un prétendant, songea-t-il, et eut même un fugace regret de ne pouvoir épouser qu'une métamorphe draconique, et non une draconienne – dans une robe belle, mais assez strict. Elle semblait quelque peu inexpérimentée, et même nerveuse, mais ne l'en salua pas moins la première, comme le voulait le protocole d'accueil.

« Bonjour... monsieur. »

Visiblement, elle était mal à l'aise, et le Comte se dit que ce devait probablement être sa première visite diplomatique. Il fallait une première fois à tout, toutefois, et il se souvenait trop bien de sa première expérience du genre – qui n'avait guère été idéale ou même juste agréable – pour être dur avec elle. Il avait plutôt une réputation de douceur avec les « débutants », ce qui avait peut-être participé, d'ailleurs, au choix de ses parents de la lui envoyer.

« Je suis Anora Vindi-Torin, mes parents m'envoient en visite diplomatique. »

En dépit de sa nervosité apparente, elle s'inclina avec une grâce qui devait sans doute lui être naturelle. Rakyn s'inclina en retour, avec un sourire bienveillant, selon le grade exact prévu par le protocole – il n'était plus un débutant depuis trop longtemps, et si son père n'était plus là, il s'appliquait toujours à lui-même la même sévérité qu'alors – avant de lui répondre.

« Le bonjour, Damoiselle Vindi-Torin. Je suis le comte Rakyn Durante, et je suis heureux de recevoir votre visite au nom de votre famille. Ma demeure s'honorera de recevoir une si noble et belle jeune femme. »

Avec une grâce exquise, Rakyn prit délicatement la main de la jeune femme et la porta à sa bouche pour un galant baise-main. Même si le protocole lui imposait de toute façon d'aimables paroles, même face à la plus laide et acariâtre mégère, elles avaient cette fois eut des accents de sincérité bien réels. Il se redressa ensuite, lâchant la main de la jeune femme.

« Je suis sûre que vous devez être fatiguée après votre voyage, et je salue votre courage d'avoir traversé la plaine au lieu de vous poser ici. Sachez que votre garde sera soignée par le médecin du domaine, et j'espère qu'il pourra se rétablir. Votre second garde peut vous accompagner si vous le voulez ou se reposer. Je vous assure que vous êtes en sécurité ici. »


Ayant évalué rapidement la damoiselle, Rakyn avait choisi un ton peu protocolaire, évitant trop de rigidité mais choisissant plutôt un ton ouvert et amical, quoique sans rien d'inconvenant, bien entendu. Du reste, il savait que certains nobles, surtout étrangers, venant de pays moins sûr que celui-ci, préféraient être gardés en permanence, et laissait donc le choix à la jeune femme.

« Quant à vous, si vous voulez bien me suivre, je vous propose de vous montrer vos appartements, où vous pourrez vous rafraîchir et vous changer, si vous le souhaitez, après votre voyage. Un bain et des vêtements seront à votre disposition, si vous en avez besoin. Ensuite, je vous inviterai à partager mon repas, si vous le voulez bien. Madame la Comtesse douairière, ma mère, ne pourra hélas pas être des nôtres ce soir, mais elle vous fait déjà porter ses compliments. »


Officiellement, sa mère était souffrante. Officieusement, elle avait visiblement entendu des rumeurs sur la jeune femme qui ne l'avaient guère enchanté, et avait choisi de rester à l'écart. Encore une fois, certains nobles venant avec nombre de bagages, et d'autres avec rien du tout, Rakyn avait prévu large, et mis la garde-robe prévue pour les nobles invités à disposition. Elle contenait des tenues de tous les genres, car le Manoir recevait une grande variété. D'un sourire, il offrit son bras à la jeune femme. Si elle acceptait, il la guiderait dans les couloirs du Manoir jusqu'à la chambre prévue pour elle, au deuxième étage, et l'y laisserait sur quelques mots agréables, une servante étant à sa disposition, cependant qu'une autre viendrait la quérir à l'heure du repas.

La chambre en elle-même, au deuxième étage, avec une très belle vue sur le domaine et surtout sur la plaine au-delà, au nord, s'étendant à l'infini sous le regard, était vaste et agréable, dotée de plusieurs pièces, dont une très belle salle de bain, de la garde-robe fournie déjà mentionnée et, en bref, de tout le confort. Rakyn espérait que ses manières ouvertes, autant que l'accueil agréable, participeraient à décrisper quelque peu la jeune femme. Il y avait là une part de bienveillance, bien sûr, sans parler du soucis de laisser un bon souvenir à la belle qui, après tout, représentait des alliés et serait elle-même une alliée, peut-être puissante, dans le futur.
 
Voir le profil de l'utilisateur
;
Une diplomate pas diplomate
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bienvenue Bertrand, diplomate pour New Utopia et le NSK
» Un dîner presque parfait
» Le senateur Anacacis et un ex ministre, M. Simonise opinent
» Haiti-élections -diplomatie: les murs ont des oreilles
» De la Coutume Diplomatique Poitevine (Archives)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nitzihell :: Flood { Fuyez, pauvres fous :: Rps abandonnés-